• Comment éviter que bébé ne tombe malade cet hiver ? 10 conseils de prévention pour protéger votre enfant des virus !

      

    L'été est terminé, cédant sa place à l'automne et à la rentrée de nos petits bouts en collectivité. Et voilà que déjà, les nez se mettent à couler ! Rhumes, gastro-entérites, otites et bronchiolites sont de retour. Même si la plupart du temps sans gravité, ces microbes et virus hivernaux sont particulièrement pénibles pour nos enfants... et leurs parents ! 

    Or, des moyens de prévention simples existent pour minimiser les risques de transmission des virus mais aussi pour renforcer le système immunitaire de votre enfant. Passez un hiver serein en suivant ces quelques conseils !

     

     

    1. Renforcer le système immunitaire de bébé grâce à l'homéopathie

    Médecine de prévention par excellence, l'homéopathie fait de nombreux adeptes. Naturelle et efficace, l'homéopathie considère l'individu à part entière (ses antécédents, son histoire, son comportement) pour traiter mais aussi prévenir d'éventuelles maladies.

    Pour cette raison, il est donc nécessaire de consulter un homéopathe qui prescrira à votre enfant ou votre bébé un traitement personnalisé.

    Sous forme de poudre pour les bébés ou de petites billes à sucer pour les plus grands, vous recevrez un traitement de fond visant à renforcer son système immunitaire pour l'hiver.

    N'hésitez pas également à faire appel à un homéopathe lorsque les premiers symptômes d'un virus apparaissent. 

     

    2. Lavage de mains obligatoire !

    Les mains constituent un vecteur important de propagation des microbes, d'autant plus chez les enfants qui ont tendance à toucher à tout et à porter leurs mains à la bouche !

    Lavez les mains de votre bébé ou de votre enfant très régulièrement, tout comme celles de tous les membres de la famille.

    Avant et après le repas bien sûr, mais également après chaque sortie et chaque passage au toilette (en ce compris pour vous après chaque changement de couche!). Instaurez cette habitude pour toute la famille et vous en verrez certainement les bienfaits !

     

    3. Eviter les microbes grâce aux huiles essentielles

    Les huiles essentielles comportent un nombre incalculable de vertus pour nous prémunir des virus de l'hiver. Elles peuvent être utilisées en diffusion ou encore, pour les plus grands, sur la plante des pieds ou sur une taie d'oreiller pour décongestionner.

    Deux huiles essentielles sont particulièrement utiles en période hivernale : il s'agit de l'Eucalyptus radié et de l'huile essentielle de Ravintsara.

    Antivirales, immunostimulantes, antibactériennes, expectorantes et décongestionnantes, elles sont toutes deux efficaces pour renforcer l'immunité et combattre les infections de la sphère ORL et des voies respiratoires (otites, rhumes, rhinopharyngites, toux, sinusites...).

    Notez que ces huiles essentielles ne peuvent être utilisées chez les nourrissons de moins de 3 mois. Pour les plus grands, demandez toujours conseil à votre pharmacien ou à votre médecin afin de les donner à votre enfant de manière adaptée (diluée dans de l'huile végétale neutre, par exemple).

     

    4. Encourager le repos & le sommeil de votre enfant

    Plus votre bébé est fatigué, plus son système immunitaire est affaibli et donc moins performant pour combattre les microbes.

    Veillez donc à ne pas lésiner sur les heures de sommeil nécessaires au repos de votre bébé, au risque de le voir tomber malade régulièrement. 

    Instaurez des rituels avant le coucher et privilégiez une ambiance calme et apaisante afin de lui assurer une bonne nuit de sommeil.

     

    5. Privilégier une alimentation équilibrée

    L'alimentation est déterminante pour garder une bonne santé. Valable tout au long de l'année, cette affirmation l'est encore plus durant les périodes automnales et hivernales.

    Si votre bébé est déjà diversifié, ne lésinez pas sur les légumes et les fruits de saison en forte teneur de vitamine C (kiwi, agrumes, poivrons, litchi, choux...), que vous aurez préalablement bien lavés. Privilégiez également les sources de gras essentiel (oméga-3) que l'on retrouve dans les poissons gras (saumon, maquereau) et les huiles végétales (huile de noix, de colza...).

    Évitez de faire consommer à votre enfant trop d'aliments contenant des acides gras saturés (fritures, crème, beurre etc) et limitez la dose de protéines. 

    Pensez également à ne pas oublier la dose quotidienne de vitamine D, fortement recommandée jusqu'à l'âge de 5 ans en période hivernale, et toute l'année chez les bébé jusque 18 mois.

    Ces recommandations sont également valables pour les adultes !

     

    6. Eviter les endroits "à risques"

    Difficile bien entendu de garder son bébé dans une bulle fermée à l'écart des autres enfants et des microbes ambiants. Si vous travaillez, votre bébé va à la crèche quotidiennement, ou à l'école pour les plus grands. Profitez cependant des vacances de fin d'année pour garder votre petit avec vous.

    Le weekend, évitez si possible de l'emmener dans des endroits trop fréquentés (supermarchés, plaine de jeux intérieure, transports en commun...) où se concentrent une multitude de germes et de microbes que risque d'attraper votre enfant.

    De même, éloigné le des adultes ou d'autres enfants malades.

     

    7. Des balades au grand air

    Éviter d’emmener votre bébé dans des endroits fermés oui, mais cela ne signifie pas non plus de devoir rester cloîtré chez soi !

    Au contraire, habillez-le chaudement et partez vous balader à l'extérieur, à pied ou en poussette.

     

    8. Poursuivre l'allaitement maternel

    Si vous allaitez, exclusivement ou en parallèle à une alimentation solide, ne choisissez pas l'hiver pour arrêter !

    Le lait maternel contient des anticorps extrêmement bénéfiques pour le système immunitaire de votre enfant. Même si vous-même êtes malade (excepté si vous prenez un traitement médicamenteux incompatible avec l'allaitement), continuez à proposer le sein à votre bébé. ceci est valable aussi si votre enfant est malade. le lait maternel ne pourra que l'aider à se remettre rapidement d'aplomb !

     

    9. Aérer & humidifier son habitation

    La pollution intérieure est parfois plus importante que la pollution extérieure ! Surtout en hiver, où l'on a tendance à garder ses fenêtres fermées pour ne pas avoir froid.

    Aérez au contraire votre habitation tous les jours de manière à faire sortir les microbes. Ouvrez vos fenêtres durant une quinzaine de minutes une à deux fois par jour, en privilégiant les moments où la pollution extérieure est plus faible (tôt le matin et tard le soir).

    N'omettez pas non plus de bien humidifier les pièces chauffées de votre intérieur. Le chauffage a en effet tendance à assécher l'air ambiant, ce qui est néfaste pour les voies respiratoires de votre enfant et des vôtres !

     

    10. Moucher bébé régulièrement

    Avant 2 ans, peu de bébés savent se moucher seuls. Les secrétions restent donc coincées dans les cavités nasales et redescendent vers la gorge puis les bronches, risquant ainsi de transformer un petit rhume en infection.

    Nettoyez régulièrement le nez de votre bébé avec du sérum physiologique permet ainsi d'éviter beaucoup de désagréments !

     

    Malgré ces conseils, votre bébé est tombé malade ? N'hésitez pas à consulter l'article "Comment soigner le rhume de bébé ?"

     

     

     


    votre commentaire
  • La Boulette à la maternelle

     

    Alors, non, à 16 mois, la Boulette ne va pas encore à la maternelle.

    Mais hier matin, je me suis rendue dans sa future école (qui se situe littéralement à deux pas de chez nous) pour l'y inscrire.

    Armée du Chéri (toujours présent dans les moments importants) et de nos cartes d'identité, j'ai complété les documents d'inscription, tremblant à la fois d'excitation et de stress à l'idée de la première et prochaine rentrée de ma fille à l'école.

     "Bon Dieu, il y à 16 mois elle était encore dans mon ventre, et voici que j'envisage déjà son entrée en maternelle"

     Le temps passe vite.

    Trop vite.

    Encore plus vite depuis qu'elle est là, d'ailleurs.

    Sa prochaine rentrée au prégardiennat (dans moins de 2 mois) sera déjà un premier cap de franchi.

    Le second, dans un peu plus d'un an, sera son entrée chez les grands.

     Je suis à la fois fière et impatiente de de voir ma fille grandir. 

    Mais je souhaiterais encore plus arrêter le temps pour profiter de chaque instant.

     

    #mamandéjànostalgique

     

     

     


    6 commentaires
  • Bébé signe : Bébé apprend la politesse grâce à la langue des signes

     

    Ces dernières semaines, les progrès de ma fille dans l'apprentissage de la langue des signes fleurissent.

    Beaucoup de signes (certains que je signais depuis le début, d'autres plus récents) sont désormais reproduits par la Boulette.

    Le biberon, la lumière, le livre, le mot "encore"... auxquels sont venus se rajouter dernièrement les signes "biscuit" et "caca" et "pleurer".

     

    Bébé signe : Bébé apprend la politesse grâce à la langue des signes           Bébé signe : Bébé apprend la politesse grâce à la langue des signes

     

    Bébé signe : Bébé apprend la politesse grâce à la langue des signes

     

    Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais personnellement, et déjà bien avant de donner naissance à la Boulette, je trouvais et trouve indispensable d'inculquer à nos enfants, et ce dès le plus jeune âge, les valeurs du respect des autres et de la politesse.

    Je suis peut-être de la vieille école, du haut de mes 30 ans, mais un enfant qui ne dit pas bonjour ni au revoir, qui ne dit pas merci ou s'il te plaît, je trouve ça choquant.

    Ô que non je ne suis pas un monstre. Jamais je n'obligerai un enfant à me donner un bisou pour me saluer. Mais un petit signe me paraît être un indispensable, tout comme un rappel des parents lorsque celui-ci est oublié.

    Soit, grâce ce petit laïus, vous l'aurez compris, l'apprentissage de la politesse m'est important.

    Et cet apprentissage se fait très tôt. La Boulette n'a beau avoir "que" 16 mois, elle comprend énormément de mots et son vocabulaire, même si elle n'est pas encore capable de l'exprimer verbalement, s'enrichit quotidiennement. D'où l'importance pour nous, parents et entourage, de montrer l'exemple. La politesse se doit d'être réciproque. Pourquoi un enfant dirait-il merci à ses parents si eux-mêmes s'adressent à lui sans respect ?

      Convaincue que les bébés comprennent beaucoup plus de choses qu'on ne pourrait se l'imaginer de prime abord, et quitte à passer pour une maman naïve, je dis merci à ma fille très souvent. Je lui demande pardon aussi, quand je me trompe ou que je la comprends mal. Je lui dis bonjour, au revoir, à bientôt.

    Et ces mots, je les signe en les lui disant. 

    Moins faciles à comprendre probablement car il s'agit de concepts plutôt que de mots désignant des actions ou des objets, j'ai cependant eu la confirmation, ces dernières semaines, qu'ils étaient bien compris.

     Car désormais, lorsque je lui donne quelque chose dont elle a envie, la Boulette me signe merci, elle aussi. Si elle oublie, je le dis "Qu'est-ce qu'on dit à maman ?", et elle me signe alors le mot attendu.

    Elle dit bonjour, et au revoir, parfois en envoyant un bisou de loin à la personne qu'elle salue. 

    Bébé signe : Bébé apprend la politesse grâce à la langue des signes  Bébé signe : Bébé apprend la politesse grâce à la langue des signes

     

    Bébé signe : Bébé apprend la politesse grâce à la langue des signes     Bébé signe : Bébé apprend la politesse grâce à la langue des signes

     

    La Boulette donc apprend la politesse, et est, grâce à la langue des signes, capable d'exprimer son sentiment de gratitude.

     Encore une fois, quel plaisir de signer avec son bébé !

     

    Sur le même thème :

    Signer avec bébé : La langue des signes pour communiquer avec bébé

    Où et comment apprendre à signer avec bébé à Bruxelles ?

    Bébé signe : Premier signe de la Boulette à 11 mois

    Bébé signe : Un nouveau signe pour la Boulette

    Bébé signe : les mots lumière et livre

     

     


    votre commentaire
  • Mon bébé a 16 mois

     

     

    1 an et 4 mois

    74 cm

    8kg900

    8 dents

     

     

    Voilà pour les chiffres.

    Il y a quelques jours, la Boulette a eu 16 mois.

    Pour "fêter" ça, nous avons été chez le pédiatre, chez qui nous ne nous étions plus rendues depuis les derniers vaccins de la Boulette, peu après ses 12 mois.

     Grâce à l'été et ses beaux jours, la Boulette n'avait en effet plus été malade (du moins rien d'assez important pour justifier une visite chez le médecin).

    Ce qui, pour ceux et celles qui nous suivent depuis un certain temps, est déjà une révolution en soit, puisque durant sa première année, nous lui rendions visite tous les 4 matins, reflux puis maladies successives obligent.

    Bref, pour une fois, nous sommes allé chez le pédiatre uniquement pour son rappel de vaccin, et non parce que la Boulette était malade.

    J'étais un peu curieuse de connaître le poids et la taille de ma fille, qui me semblait-il avait poussé comme une mauvaise herbe depuis nos dernières vacances, au début du mois de juillet.

    Verdict :

    + 2 kg

    + 5 cm

    Alors, certes, la Boulette reste un mini format, mais elle a bien poussé.

    Et heureusement, finalement, car en 4 mois, la Boulette a également appris à marcher, ce qui lui demande plus d'énergie.

    A part ça, le pédiatre nous a quand même annoncé que la Boulette n'avait "que" 8 dents et que ses pré-molaires n'étaient pas encore prêtes à sortir, ce qui annonçait une puberté tardive (vous saviez vous que l’apparition des dents constituait un indicateur pour l'arrivée de la puberté - chez les filles du moins) ?

     Les autres grands moments de cette visite furent sans aucun doute les deux piqûres dans les fesses. La Boulette a hurlé, bien sûr, de douleur, mais aussi de colère.

    Rarement je ne l'avais vue aussi énervée.

    D'abord surprise, elle s'est mise à pleurer après la première injection.

    Lors de la seconde, elle a poussé des hurlements qui ne se sont plus arrêtés, et qui ont d'ailleurs alerté la secrétaire médicale (le pédiatre s'était déjà fait la malle) - "elle a pas l'air contente votre petite!" (sans blague).

    Il a fallu attendre d'être sorti du cabinet, sur le trottoir (après l'avoir rhabillé tant bien que mal, être sorti du cabinet pour aller payer la consultation - comptez 15 bonnes minutes) pour que la Boulette s'arrête de pousser des cris stridents et se calme enfin.

    - Ô bonheur des oreilles -

     J'avais un peu peur que la Boulette reste traumatisée, mais une fois rentrée à la maison, elle a continué à mener sa petite vie comme d'habitude, et n'a heureusement pas fait de réaction à ces vaccins dans les jours qui ont suivi.

    Notez aussi que depuis cette visite, la Boulette ne quitte plus son petit stéthoscope (héritage de ses deux grandes sœurs) qu'elle trimbale autour de son cou, s'arrêtant régulièrement devant quiconque l'accepte (peluches et poupées comprises) pour apposer le pavillon (j'avoue, j'ai dû consulter google pour le terme) sur la poitrine de son nouveau patient.

    Futur médecin, la Boulette ?

     

     

     


    votre commentaire
  • Les petits mots de la Boulette

     

     La Boulette s'est toujours beaucoup exprimée.

    Par des pleures (voire des hurlements) quand elle était plus jeune.

    Par des gémissements et des cris de protestations ensuite.

    Aujourd'hui, à 16 mois, la Boulette est toujours une grande bavarde.

    Heureusement, elle n'hurle plus systématiquement pour se faire comprendre.

    Elle signe beaucoup (pour plus d'infos à ce sujet c'est ici), mais elle parle aussi.

    D'ailleurs, les moments où je n'entends pas le son de sa voix sur une journée se comptent sur les doigts d'une main.

    Alors, bien sûr, son langage est la plupart du temps complètement incompréhensible.

    Elle parle "bébé", mais avec des intonations qui ne laissent que rarement l'ombre d'un doute sur ses intentions.

    Les formes interrogatives et exclamatives sont bien intégrées.

    Sa compréhension des mots et des phrases également.

    Rares sont les fois où elle semble perdue lorsque je lui parle.

    En fait, j'ai l'impression qu'elle comprend beaucoup plus de choses qu'on ne pourrait le croire à priori.

    Elle associe et mémorise énormément.

    Ainsi, quand je lui dit qu'on va se promener, elle se lève, se dirige vers la porte d'entrée, toute guillerette en me disant "woua-woua ?" (oui car lorsqu'on va se promener dans le quartier, nous croisons régulièrement des chiens, ce qui enchante la Boulette au plus haut point). 

     En bref donc, la Boulette parle beaucoup et sait parfaitement se faire comprendre, même si ce n'est pas toujours grâce à des mots clairs et compréhensibles.

    Cependant, ces dernières semaines, si on y est particulièrement attentifs, la Boulette commence à "dire" des petites choses avec des mots.

    Voici un petit lexique du vocabulaire de la Boulette à 16 mois :

     

    Woua-woua : Traduction en langue française : Le chien

    Gad ! (généralement en pointant du doigt) : Traduction en langue française : Regarde !

    Au wouaa : Traduction en langue française : Au revoir

    Mmmmh !! : Traduction en langue française :  C'est bon ! (la Boulette et son estomac sont copains)

    Manman : Maman

    Papa : papa

    Cotcoocotcoo : Traduction en langue française : La poule ou le coq

    Non non non non non ! : Non !

     

    Comme vous le constaterez, la liste est courte, mais ce ne sont que des apparences, puisqu'elle connait et reconnait énormément de mots, mais aussi de courtes phrases interrogatives ou exclamatives (voir quelques réprimandes...).

     Ma petite Boulette grandit... Encore et toujours.

    Elle m'étonne chaque jour, m'envahissant d'un drôle de sentiment mêlé de fierté et de nostalgie...

     

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires