• Celui qui montait une poussette en moins de 2

    Celui qui montait une poussette en moins de 2

     

     

    Dans mon rétro planning j'ai nommé "tout ce qu'il reste à faire avant la naissance de Jacqueline", le montage de la poussette trio occupait une place de choix.

    M'étant renseignée un minimum (merci Google) sur le montage d'une poussette livrée en pièces détachées, j'avais pu constater, dépitée, que monter une 4 roues était loin de ressembler à une partie de plaisir.

    Certes, un manuel composé d'une vingtaine de schémas supposé aider les non initiés accompagne les 18 cartons présumés contenir la fameuse poussette. Mais, autant vous le dire, remporter une partie de Pictionary face à un gamin de 4 ans est plus aisé que de décrypter ces croquis.

    J'avais donc accepté l'idée que monter cette poussette allait demander du temps et de la patience. Beaucoup de patience.

    Or, la patience est bien loin de constituer la qualité première du Chéri. 

    Je dirais même que lorsque quelque chose lui résiste, le mâle a tendance à devenir aussi bouillant que l'eau des pâtes qu'il laisse régulièrement déborder de sa casserole sur notre plaque vitrocéramique.

    Toute personne présente dans son entourage lors de ces moments de crise n'a plus qu'une chose à faire : s'éloigner, et priez très fort pour que la chose récalcitrante responsable de cet état de tension se soumette rapidement à la volonté du Chéri.

    Imaginez donc mon appréhension lorsqu'en ce samedi après-midi, le Chéri (qui ne disposait que de peu de temps devant lui), m'annonce qu'il va monter la poussette. 

    "Euuuh.. T'es sûr de vouloir faire ça maintenant ? Parce que je me suis renseignée et ça peut prendre un peu de temps." 

    Cette subtile tentative de dissuasion est bien entendu restée veine (quand le Chéri a décidé, le Chéri ne revient pas sur sa décision).

    Résignée, je me suis assise dans le canapé, prête à assister à l'affrontement Chéri/Poussette et aux jurons incessants qui allaient suivre.

    Alors que je mettais mentalement au point une technique de massage supposé calmer le mâle après le long combat qu'il s'apprêtait à mener, le Chéri lui observait consciencieusement les différents composants de son adversaire afin d'abréger ses souffrances (à lui), sûr de remporter facilement et rapidement la victoire.

    Certaine que le Chéri sous estimait le temps qu'allait lui prendre la tâche qu'il s'était attribuée, je me suis décidée à feuilleter le manuel (vous avez remarqué vous aussi que les hommes ne lisent jamais le manuel d'utilisation avant de s'y mettre ?afin de tenter de le guider et de lui faire gagner un temps précieux. J'ai vite laissé tomber cette idée présomptueuse, reconnaissant aisément mon incapacité à décoder les indications de l'auteur des dessins.

    Quelle ne fût donc pas mon étonnement lorsque, moins d'une heure plus tard, le Chéri arborait notre poussette parfaitement montée, et ce presque sans l'once d'un mouvement d'humeur ou d'une insulte.

    L'était pas peu fière le Chéri (et avec raison), et ce n'est pas son excuse du "J'ai l'habitude, j'en ai déjà monté 2" qui dévaluera cette prouesse.

    Honte à moi, femme indigne, d'avoir ainsi sous-estimé les capacités du Chéri.

    Le Chéri n'aime pas bricoler, certes, mais au final, il ne s'en sort pas si mal.

     

    *Fière de mon homme* 

     

     

     

    « Quand la MAP joue les prolongationsAchats vêtements pour bébé : En janvier, j'ai craqué »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :