• Je n'aurai plus jamais d'enfant

     

    Moi qui ai tant voulu être mère.

    Moi qui désespérais d'y parvenir.

    Moi qui voulais vivre plusieurs grossesses. 

    Je n'aurai plus jamais d'enfant.

     

     

    Cette pensée, je l'ai eu des dizaines, peut-être des centaines de fois depuis la naissance de ma fille.

     

    "Quand l'idée saugrenue te viendra à l'esprit d'avoir un deuxième bébé, souviens-toi de ce moment. Celui où tu pleures de désespoir et de fatigue parce que ta fille ne dort pas la nuit. Celui où tu donnerais tout pour revenir, ne serait-ce qu'une minute, à ta vie d'avant. Celui où tes jambes tremblent d'épuisement et de frustration. Surtout, n'oublie pas ce que tu ressens en ce moment. Et ne t'impose plus jamais ça."

     

    Lorsque l'épuisement est tel qu'il fait de toi une personne que tu ne reconnais plus, tu ne penses qu'à une seule chose : t'en sortir.

    Avoir un deuxième enfant t'apparaît alors comme un acte suicidaire.

     

    "Surtout n'oublie pas le découragement, ton mal de dos à force de la porter, tes larmes qui coulent à cause de ton impuissance face à ces pleures."

     "N'oublie pas le reflux, les coliques, les poussées dentaires et les maladies à répétition. N'oublie pas l'angoisse que tu ressentais alors. "

    "N'oublie pas les hospitalisations, les soirées aux urgences et le poids qui pesait sur tes épaules."

     

    N'oublie pas. Rappelle toi de tout cela lorsque cette envie incontrôlable d'être à nouveau mère viendra te chatouiller les entrailles jusqu'à en devenir une obsession.

    Avoir un deuxième enfant. Une folie.

    Et pourtant, alors que je sais qu'avoir un deuxième enfant serait difficilement gérable.

    Alors que je sais que je me suis dit 1000 fois que "Je n'aurai plus jamais d'enfant, tout simplement parce que j'y laisserais probablement ma peau".

    Alors même que ma fille ne fait pas encore ses nuits et que son côté Babi exigeant/prenant/crevant est à son paroxysme...

    Malgré tout cela, aujourd'hui, je ne suis plus aussi catégorique.

    Car toutes ces difficultés et cet épuisement ne sont pas aussi puissants que cet amour inconditionnel et incontrôlable que je ressens pour ma fille.

    Car mon coeur, bien que fatigué, n'a jamais été aussi rempli de bonheur et de fierté.

    Car un simple sourire de sa part me fait oublier les litres de larmes que j'ai versés depuis sa naissance.

    Car ne jamais lui donner la possibilité d'être une grande soeur m'attriste profondément.

    Je ne sais pas si je serai à nouveau maman un jour.

    Si j'en aurai le courage et l'énergie.

    Mais la simple idée de ne plus donner à nouveau la vie me bouleverse trop pour ne pas l'envisager.

    Un jour.

    Peut-être. 

     

     

     

    « Bébé a 10 mois et ne fait toujours pas ses nuits... Pas de sevrage à l'horizonLa Boulette boulotte »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Samedi 25 Mars 2017 à 20:19

    J'ai lu quelque part que "Être ambitieux, c'est vouloir un 2e enfant alors que le premier ne fait pas encore ses nuits." Pas faux! Chez moi c'est quand je vois la joie de Flavie quand elle voit d'autres enfants et surtout des bébés. Elle adore tellement, j'ai beau faire tout ce que je veux, je ne peux jamais remplacer un autre enfant en camarade de jeu. C'est là que je me dis qu'un enfant est fait pour vivre à plusieurs, pas seul.

    Pour le moment Flavie a 9 mois et moi toujours pas de retour de couches (l'allaitement). Donc dans tous les cas ce ne sera (encore) pas gagné de tomber enceinte. Peut-être même que ça n'arrivera jamais, qui sait! Du coup je suis contente d'avoir déjà réussi une fois et le me laisse surprendre pour la suite!

      • Mardi 28 Mars 2017 à 11:41

        9 mois c'est encore tôt :-)

        Tu as bien le temps d'y penser encore. Et j'espère que cette fois, lorsque vous serez prêt, la nature ne vous fera plus trop attendre ! (pareil pour moi, d'ailleurs :D)

    2
    ion
    Lundi 24 Avril 2017 à 10:56

    Salut,

    Malgré mon "babi"... j'attends le 2e ;)
    La décision de le mettre en route a été plus facile à prendre pour moi, que pour mon mari (encore "traumatisé" par l'expérience de la première), car j'ai toujours voulu 2 enfants.
    J'avoue que j'espère de tout cœur que ce bébé sera plus facile que sa grande sœur. Si ce n'est pas le cas, d'ailleurs, je ne sais pas si je m'en remettrais...

    Pour te donner des nouvelles, ma fille a bientôt 3 ans et elle joue de plus en plus toute seule. L'autre jour elle a joué 45mn ! Prise de court, je n'ai pas su comment m'occuper pendant ce temps qui m'a semblé une éternité..!
    Ce qui est plus long à changer, c'est l'intensité de ses réactions à la frustration. Avec le temps on arrive à mettre un terme aux colères plus rapidement, mais il faut ruser, tester de nouvelles approches pour trouver ce qui calme et apaise. Mettre des mots, toujours. Trouver le pourquoi du comment, car il y en a toujours un...

    Je me dis vraiment que l'éducation bienveillante est une bénédiction pour ces petits BABI. Ils ont tendance à pousser à bout leurs parents bien plus fort et plus vite que les autres enfants ! Quand je vois certains potes qui donnent des fessées au moindre caprice, quelque part je me sens forte.
    Et quand je vois que mon couple a survécu à ce bébé-tempête, cela me donne confiance.
    Ma fille adore jouer avec les autres enfants, le plus compliqué c'est quand elle est seule avec ses parents ! Donc petit(e) frère ou sœur sera un camarade de jeu bienvenu...

    Je comprends tes réticences à l'idée d'avoir d'autres enfants. En plus des difficultés que tu as rencontrées avec ton bébé, s'ajoutent les galères de la conception.
    Personnellement je n'ai pas connu ça, mais j'imagine à quel point cela doit renforcer un sentiment d'injustice, ou au moins, décourager de se relancer dans l'aventure.

    Quand la tempête se sera calmée... l'envie reviendra peut-être ?

    a++

     

      • Mercredi 26 Avril 2017 à 07:51

        Merci pour ton témoignage. Et félicitations pour cette deuxième grossesse !!!!

        Et je comprends que tu sois stressée... On va dire qu'un bébé n'est pas l'autre, mais c'est vrai que lorsqu'on a un premier Babi, on ne peut qu'angoisser à l'idée de "comment sera le deuxième".

        J'ai toujours voulu 2 enfants moi aussi. Quel bonheur de partager une fratrie... Mais dans notre cas le chéri a déja 2 grandes filles et il est plus âgé que moi... La Boulette est sa troisième.. Et quelle troisième ! De fait, rajouté à mes hésitations (si mon deuxième bébé est comme la Boulette, je vais mourir d'épuisement c'est sûr...), et bien ça remet sérieusement en question l'idée d'avoir un autre enfant..

        Ce ne sera en tout cas pas pour tout de suite, c'est sûr...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :