• Manger 2 fois mieux et non 2 fois plus ? Un leurre!

    Manger 2 fois mieux et non 2 fois plus ?

     

     

    Avant de tomber enceinte (je ne peux m'empêcher d'être étonnée à chaque fois que ces 2 mots s'adressent à ma petite personne), j'avais eu le temps de lire et relire un tas de documentations et de bouquins sur l'alimentation de la femme enceinte.

    "Manger 2 fois mieux, pas 2 fois plus" est un leitmotiv qui revient régulièrement quand il s'agit de culpabiliser conseiller la femme enceinte quant à son alimentation.

    Bien sûr, chacune d'entre-nous souhaite faire le mieux possible pour son bébé.

    Et, quand on a attendu ce petit miracle longtemps, faire en sorte que prendre la poudre d'escampette soit la dernière priorité de ta mini crevette devient ta mission numéro 1.

    De fait, une fois l'émotion du TG + passée, tu te mets à être extrêmement précautionneuse quant à ce que tu ingurgites (d'autant plus si, comme moi, tu n'es pas immunisée contre la toxoplasmose).

    Légumes (lavés), fruits (lavés), viande (archi-cuite), amandes (blanches), eau et poisson cuit sont supposés devenir (si ce n'était pas la cas auparavant) la base de ton alimentation.

    Oui mais ça, c'est la théorie.

    Parce qu'en pratique (et si tu as la chance de ne pas avoir le coeur au bord des lèvres du matin au soir), ce sont plutôt les dégoûts et les envies qui influencent la composition de ton frigo.

    De fait, depuis une dizaine de jours (= depuis que mon estomac s'est remis à l'endroit), chez moi les armoires sont principalement composées de :

    - Biscuits (et je ne parle pas des biscuits bio aux graines de sésame du rayon diététique).

    - Nutella (accompagné de sa brioche grillée)

    - Pots de cornichons (les petits bien vinaigrés, vous voyez?)

    - Fromage (principalement celui qui coule et qui pue... Mais pasteurisé)

    - Grenadine (saveur fraise, passion ou mangue au choix)

    Le tout mangé ensemble ou à part, à 8h du matin ou 23h le soir...

    Les légumes et les fruits se sont fait la malle. Pire, ils me filent une moue de dégoût. L'eau est devenue d'une fadeur sans nom (déja qu'avant c'était loin d'être ma boisson favorite).

    L'envie d'une bonne pièce de bœuf saignante agrémentée d'une sauce poivre vert me vient parfois à l'esprit, sauf que la réalité me rappelle que mon filet pur sera dur et difficile à avaler une fois bien cuit. De fait, la viande et moi, on s'apprécie de moins en moins.

    En résumé, je ne mange pas mieux, mais à la limite de moins bien qu'avant ma grossesse.

    Mais étant donné qu'il m'est formellement interdit de perdre du poids et de descendre en-dessous du seuil fatidique des 40 kg, j'ai décidé de me laisser dicter par mes envies et de manger gras, sucré et ce tant que mon estomac l'acceptera.

    Culpabilité? Oui, parfois. Même souvent. Il n'est d'ailleurs pas anodin que j'en fasse un article (ou alors, c'est juste parce que j'ai faim ).

    Mais mes envies et mes dégoûts sont trop forts pour que je réussisse à les maîtriser.

    Le régime alimentaire équilibré, ce sera pour le deuxième trimestre! (ou pas).

     

     

     

     

    « Adieu les symptômes ?Un goût amer »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :