•  

     

    Hommage à Mister S

     

     

    Il est grand temps pour moi de vous parler de mon gynécologue PMA, alias Mister S.

     

     

    J'ai rencontré Mister S, spécialiste en fertilité (ou devrais-je dire, en infertilité) en décembre 2014, à l'aube de mon 8ème cycle d'essai.

    Un pressentiment peut-être, beaucoup d'incertitudes, une succession de déceptions, et des douleurs lancinantes et inexpliquées, me poussent à décrocher (fort rapidement) mon premier rendez-vous en centre PMA.

    Fort tôt diront certaines, ce à quoi je répondrais : "Vaut mieux très tôt que très tard". 

    Je n'ai pas choisi avec qui. J'ai pris la première place disponible. Et voilà que je tombe sur Mister S.

    Mister S n'est pas très grand (mais pas nain), pas très beau (mais pas laid), pas très vieux (mais loin d'être un débutant dans son domaine). Je ne sais pas si c'est sa démarche ou son élocution, mais, dès notre première rencontre, je le soupçonne de préférer la compagnie des hommes à celle des femmes lors de ses rendez-vous galants. Un point en plus pour son capital sympathie. Mister S est plutôt drôle, même si je dois reconnaître que nos références en matière d'humour ne sont pas exactement les mêmes. Passons. Après tout, on est pas là pour se marrer.

    Mister S nous a donc vu débouler dans son bureau, chéri et moi (oui parce que Monsieur chéri aussi se sent concerné par notre futur bébé), 8 mois après l'arrêt de ma pilule.

    Et devinez quoi? Mister S ne m'a pas prise pour une tarée angoissée trop pressée! (ou en tout cas, il nous l'a bien caché!). Non, Mister S nous a pris au sérieux. Il nous a écouté, rassuré, beaucoup parlé (j'ai oublié de vous dire mais Mister S est très loquace) et proposé des examens.

    Certes, Mister S, pour avoir travaillé en France pendant des années, nous a rabâché les oreilles sur notre chance d'être en Belgique.

    "Parce qu'en France voyez-vous, les gynécologues en fertilité sont débordés. Ils ne vous reçoivent pas avant au mois 1 an et demi d'essai. Ils vous font faire des courbes de température pendant des mois pour patienter, alors que 3 prises de sang en disent bien plus sur votre ovulation que 6 mois de courbes de température. C'est complètement Old-school, mais ça permet d'occuper les patientes"

    C'est à ce moment précis que j'ai discrètement caché au fond de mon sac à main les 3 courbes de température que je m'apprêtais à lui montrer, et que j'avais consciencieusement imprimé à cet effet... Autant vous dire que je me suis sentie idiote.

    Soit, j'ai bien compris ma chance d'être née sur le territoire belge, et non chez mes amis français (que je salue au passage, et que je ne tiens absolument pas à déprimer suite à cet article).

    Notre premier rendez-vous se poursuit. Mister S nous prescrit un spermogramme (enfin, à Monsieur chéri, évidemment) et un monitoring ovulatoire (ou bilan hormonal, à moi, évidemment). Il nous pose une multitude de questions afin de constituer notre dossier.

    Nous ressortons, chéri et moi, confiants, et surtout rassurés d'être pris au sérieux, et pris en charge si rapidement.

     

    Depuis ce premier rendez-vous, Mister S continue à nous suivre. Dans le centre PMA, mais également dans son cabinet privé (mais sans les honoraires qui vont avec - j'aime cet homme).

    Mister S adore mes taux hormonaux hors-normes, et moi, j'adore sa disponibilité.

    Mister S n'a toujours pas trouvé ce qui clochait chez nous (et d'ailleurs, si ça se trouve, y à rien qui cloche), mais Mister S ne lâche pas l'affaire.

    Mister S me reçoit sur l'heure du midi pour me faire des piquouses dans son cabinet, pour que personne ne puisse remarquer mon absence au bureau.

    Mister S et moi on échange des mails et des sms sur mes résultats d'examens, et ça, c'est plutôt cool.

    Mister S refuse de me stimuler artificiellement car des hormones, j'en ai déja trop, et qu'il ne tient pas à être responsable de la prématurité de mes triplés.

    Mister S m'a promis que je serai maman, une fois, trois fois, ou même 5 fois si je le voulais (mais pas en même temps).

    Mister S m'a proposé de faire une IAC, après 12 mois d'essai.

     

    Et pour tout ça, Mister S mérite amplement que je lui consacre un article entier sur mon blog.

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

     

    Il y a 1 an, j'étais la fille qui allait arrêter sa pilule dans 12 jours, et qui avait programmé l'arrivée de son bébé 9 mois plus tard.

    Aujourd'hui, je suis la fille qui n'a plus aucune certitude.

     

    Il y a 1 an, j'étais la fille qui s'arrêtait systématiquement dans les rayons de puériculture des supermarchés pour s'extasier devant les layettes "3 mois", et qui sentait son coeur se gonfler d'excitation et de bonheur à l'idée d'être bientôt maman.

    Aujourd'hui, je suis la fille qui ferme les yeux en passant devant prémaman pour éviter de sentir son estomac se tordre de douleur et de frustration.

     

    Il y a 1 an, j'étais la fille qui ne voulait pas prévoir des vacances en avion pour préserver son futur bébé.

    Aujourd'hui, je suis toujours la fille qui planifie ses vacances à l'avance, mais qui se fiche de la destination, et du moyen de transport utilisé pour y arriver.

     

    Il y à 1 an, j'étais la fille qui ne comptait plus s'acheter de jeans puisqu'elle n'allait plus rentrer dedans 3 mois plus tard.

    Aujourd'hui, je suis la fille qui a l'intention de dévaliser les magasins aux prochaines soldes.

     

    il y a 1 an, j'étais la fille qui ne connaissait pas les initiales "PMA", et qui n'en aurait pas vu l'utilité.

    Aujourd'hui, je suis la fille en infertilité inexpliquée qui va débuter sa première IAC.

     

    Il y a 1 an, j'étais la fille naïve, crédule, prétentieuse et optimiste qui pensait ne jamais faire partie de ces femmes qui ont des difficultés à avoir un enfant, et qui les plaignait. 

    Aujourd'hui, je fais partie de ces femmes. Et je réalise à quel point l'attente peut être longue. A quel point cela peut être dur. A quel point l'incertitude quotidienne peut être difficile à vivre.

     


    8 commentaires
  • Enviedefraises passe en PMA

     

     

    Le 13ème cycle a débuté, et avec lui mon entrée concrète dans le monde redouté de la procréation médicalement assistée.

    La première bonne nouvelle, c'est que l'IRM n'a relevé aucune anomalie. A priori donc, pas d'endométriose, et pas de FIV. Je dis bien à priori car "vous savez Madame, l'endométriose plane ne peut être décelée par l'IRM, seule une coelisoscopie peut écarter totalement cette maladie, mais il est bien trop tôt pour vous ouvrir le ventre". Bon, je me contente donc du verdict approximatif et me réjouis de cet à priori.

    La deuxième bonne nouvelle, c'est que mon adorable gygy (oui, je vous avait pas dit, mais il est vraiment top) ne veut pas en rester là. Il nous propose une IAC (insémination artificielle pour les non initiés) pour nous donner une "coup de pouce". 

    La troisième bonne nouvelle (il vaut mieux en avoir trop que pas assez non?), c'est que gygy a bien compris que je connaissais parfaitement (lui aussi d'ailleurs) mes ovaires et mon cycle. De fait, il ne m'oblige pas à devoir me faire piquer tous les 3 matins à l'hôpital pour vérifier mes taux hormonaux. Quand mon test d'ovulation est positif, je décroche mon téléphone, et chéri et moi on fait un aller retour au centre PMA. Lui pour déposer sa contribution dans un pot en plastique, moi pour recevoir sa contribution triée sur le volet directement dans mon utérus.

    Il y a quand même deux mauvaises nouvelles. Malheureusement, il y en a toujours dans ce combat. La première, c'est que gygy nous a prévenu : 12 à 15% de réussite par IAC. Avant d'aller plus loin (et par plus loin il veut dire FIV), il faudra donc en faire quelques unes...

    La deuxième mauvaise nouvelle, c'est que, pour la première fois depuis 1 an, mes règles me jouent des tours. Elles ont débuté, mais en fait, pas vraiment. Quelques pertes brunes depuis 3 jours, mais ça s'arrête là. D'abord on se réjoui en se disant "peut-être que" ? Mais l'absence de ligne rose sur le test de grossesse m'a vite ramené à la réalité. Mon esprit doit être bien dérangé par l'annonce de l'IAC, et retarde l'échéance. 

    Je ne retiendrai donc qu'une seule phrase de mon gygy et ferai tout mon possible pour l'appliquer:

    "Madame, restez cooooooooooool !"

     


    votre commentaire
  •  

     

    12 cycles d'essai

     

     

    12 cycles d'essai. Pour certaines, les chanceuses qui n'en ont pas conscience, c'est le temps qu'il leur aura fallu pour prendre la décision de devenir maman, tomber enceinte, porter son enfant pendant 9 mois, et le mettre au monde.

    Pour d'autres, c'est une première année d'essai infructueuse qui s'achève. Un cap fatidique. LE cap des " 1 an d'essai". Un bilan s'impose.

     

    12 ovulations

    Et ça, basiquement, c'est une excellente nouvelle. Même si c'est un peu désespérant! Mettre du temps pour concevoir, ça peut s'expliquer quand on ovule pas, ou peu. Dans mon cas, c'est du 12/12 certifié par des échos, des TO, et des douleurs (lucky me). Y a un truc qui cloche chez moi?

    56 câlins programmés

    Parce qu'il ne faut pas leurrer non plus, quand on veut concevoir, il ne faut pas copuler à n'importe quel moment! Alors chéri et moi on met toutes les chances de notre côté en ciblant parfaitement mes 6 jours fertiles. La chance de ma malchance : mon corps me le fait bien savoir! Douleurs, pertes, tout y est pour repérer facilement les "bons" jours.

    73 câlins non programmés

    Oui, parce que chéri et moi, on aime prendre notre pied tout simplement, et pas uniquement pour procréer!

    7 échos endo-vaginales

    La première fois, ça fait peur. Il reste une pointe d'appréhension pour la seconde. A la troisième, on ne se pose plus de question, et on ouvre les jambes.

    11 pds

    Qui a déja eu peur de se faire prendre pour une héroïnomane après un bilan hormonal ? Moi, pour sûr.

    39 tests de grossesse jetés à la poubelle

    Les accros aux TG précoces connaissent bien la concentration dont une femme peut faire preuve pour tenter de faire apparaître par la force de l'esprit une ligne rose sur un test bandelette qui reste désespérément blanche. Y a rien à faire, chez moi, et malgré ma ténacité légendaire, ça n'a jamais marché. De fait, j'ai abandonné l'idée d'avoir un test positif à 9 DPO. Les TG ne serons utilisés qu'en cas de règles, point barre.


    votre commentaire
  • Mon parcours

     

    17 Mai 2014 : L'histoire commence. Dernier jour de pilule, et accessoirement le plus beau jour de ma vie puisque je dis "OUI" (ou plutôt "ja", faut pas oublier qu'on habite en Flandres!) à l'homme de ma vie. Les essais bébé, c'est parti! Je n'ai aucune inquiétude. Toutes les femmes de la famille sont tombées enceinte en 2 mois, ou en oubliant volontairement de prendre une pilule sur leur plaquette. Je serai enceinte avant le début de l'été. Je serai maman bientôt. Et finger in the nose en plus.

    Juin 2014 : Les règles débarquent. Pas grave, ce sera pour le mois prochain. D'autant plus que j'ai bien senti passer l'ovulation et que ce premier cycle a été court. J'ovule, j'ai mes règles, chéri et moi on s'éclate au lit. C'est sûr, ça ne saurait tarder.

    Juillet 2014 : Je lis tout ce que je peux sur les blogs, les forums, les sites internet relatant les solutions pour tomber enceinte facilement. Je commande un stock de tests d'ovulation, puis qu’apparemment, c'est "the" solution. J'en profite pour commander un lot de TG. Je deviens compulsive. Déja. Je fais également un petit tour chez ma gygy en raison des douleurs régulières que je ressens en phase lutéale et à l'approche des règles. Première écho endo. RAS. Tout va bien. Y a plus qu'à patienter.

    Septembre 2014 : Chéri et moi on part en voyage de noces. 2 semaines pour s'oublier, et pour faire un bébé. La détente, le soleil, l'amour loin du stress quotidien. Tous les éléments sont réunis pour que notre bébé se loge dans mon ventre. Dans l'avion, sur le trajet du retour, les règles débarquent. Encore loupé.

    Octobre 2014 : Les douleurs reviennent en force. Re rdv chez gygy en urgence. Je suis sûre d'avoir un kyste. Deuxième écho endo. Toujours RAS. Je suis "faite comme ça" dixit le gygy. C'est bien joli, mais ça ne m'aide pas.

    Décembre 2014 : 7 mois d'essai et toujours aucun signe de Jean-Félix (surnom, détestable je vous l'accorde, attribué par mon chéri à notre future crevette). Je commence sérieusement à perdre patience, et surtout, à douter. Ai-je un problème? Chéri a t-il un problème? (ce qui serait étonnant puisqu'il a la chance d'être déja papa... 2 fois).  Chéri s'approche furieusement de la quarantaine. Il n'y a pas de temps à perdre. Nous prenons rdv chez un gynécologue spécialisé en infertilité. Notre argument en béton pour faire avancer les choses : Si nous avons un problème, autant le savoir vite pour y remédier rapidement. Nous avons la chance d'être reçus 2 semaines après notre demande. Le gygy est cool et se veut rassurant. Mais devant notre insistance et notre argument, il nous prescrit une première batterie d'examens.

    Janvier 2015 : C'est parti pour les examens. Spermogramme pour chéri. Monitoring ovulatoire pour moi. Pds, écho, re pds, re écho... Des dizaines de km effectués dans les bouchons du ring de Bxl, des arrivées tardives au boulot, mais tout ça vaut la peine. Bientôt, nous serons fixé.

    Février 2015 : Les résultats tombent. le spermogramme de chéri est bon. Et de mon côté, j'ovule bien, avec une réserve ovarienne du tonnerre, et surtout un taux hormonal à faire pâlir n'importe quel gynécologue PMA. Bon, c'est super ça Monsieur gygy mais j'en suis à 9 mois d'essai et je ne suis toujours pas enceinte! Alors il est où le problème ?

    "C'est bien trop tôt pour parler problème ma petite dame, vous êtes dans la moyenne, mais je vais quand même vous prescrire une Hycosy"

    "Euh.. d'accord, mais keskecestkecetruc ?"

    Ce truc c'est un examen des trompes. Et 2 semaines après, je passe l'examen. Désagréable, voire douloureux. Mais je veux savoir pourquoi l'attente est si longue. Le verdict est immédiat, et toujours le même : Pas de problème, RAS.

    Mars 2015 : Les mois passent et toujours pas de bébé en vue. Je désespère. Gygy PMA veut me revoir dans son cabinet privé parce que "avoir des taux hormonaux pareils c'est quand même pas commun". Super, je deviens un cobaye! Re pds, re écho, qui confirment que j'ai des taux géniaux. J'en profite pour lui parler de mes douleurs régulières en phase lutéale. Il évoque alors l'Endométriose, et me propose de passer une IRM pelvienne afin d'en avoir le cœur net. Aussitôt dit, rdv aussitôt pris. Parallèlement, je continue mes séances d'acupuncture (ah bon je vous avais pas dit? J'ai TOUT essayé).

    Avril 2015 : 12ème cycle d'essai. Je passe l'IRM pelvienne. Et j'attends les résultats. Monsieur gygy m'a prévenu : si endométriose il y a, FIV il y aura.

    Mai 2015 : Le résultat tombe et il est positif : pas d'endométriose. Je suis soulagée, mais bizarrement, je ne le suis qu'à moitié. Qu'est ce qui ne va pas alors? Monsieur gygy nous propose  de faire une IAC (insémination artificielle), dès le prochain cycle. Chéri et moi on ne réfléchi pas longtemps, et on accepte. C'est parti! Le 23 mai 2015, première IAC.

    Juin 2015 : Les règles débarquent. Comme toujours. Première IAC négative donc. Etant donné que les inséminations ont lieu sans stimulation, j’enchaîne directement avec une deuxième tentative qui a lieu le 20 juin. Parallèlement, le gygy continue à s'inquiéter concernant mes douleurs pelviennes. Il soupçonne une endométriose plane, invisible à l'IRM, et me propose une cœlioscopie. Je refuse l'opération. Trop tôt, et surtout, ça ne me garanti aucunement une grossesse.

    Juillet 2015 : IAC 2 est un échec. Dur à avaler. Mister S nous met en pause PMA jusque septembre, où une FIV sera probablement envisagée si l'été n'a pas apporté sa petite graine.

    28 août 2015 : Alors que je m'apprête à planifier ma première FIV, TG +++ à 13 DPO !  

    Le début d'une nouvelle aventure (?)

     

    Edit : Mon parcours sera régulièrement mis à jour  


    9 commentaires