• Un 1 après... Une renaissance

    Un 1 après... La renaissance

     

    La Boulette est née il y a un peu plus d'un an.

    Et je depuis quelques jours, j'ai enfin l'impression de revivre. 

    L'arrivée du beau temps et les meilleures nuits de ces derniers jours y sont probablement pour quelque chose.

    Ou peut-être ne m'étais-je pas encore permis de penser à autre chose qu'au bien-être de ma fille jusqu'alors.

    Quoi qu'il en soit, je sens que je retrouve peu à peu mon entrain, mon dynamisme, ma joie de vivre.

    Je ne les avait pas tout à fait perdus. Mais je consacrais le peu d'énergie qu'il me restait à ma fille.

    Aujourd'hui, je me surprends à programmer une séance shopping (pour moi, pas pour elle).

    J'ai, pour la première fois depuis longtemps, envie de prendre soin de moi, de me sentir jolie et de m'accorder du temps.

    J'ai envie de me permettre de penser un petit peu à moi (même si, évidemment, ma fille occupe toujours 99% de mes pensées et de mon temps).

    Peut-être parce que je suis aujourd'hui totalement rassurée quant à l'état de santé de la Boulette, qui est moins souvent malade, dort mieux, et ne souffre plus de reflux.

    Peut-être aussi parce que je me sens plus sûre de moi par rapport à ma manière d'être avec ma fille.

    Je la connais mieux. Je connais ses réactions, son petit caractère de tyran, et j'apprends peu à peu à lâcher prise.

    Je suis moins angoissée à l'idée de devoir gérer ses crises.

    Certes, en allant la chercher à la crèche le soir ou dans son lit le matin, je ressens toujours une petite appréhension (De quelle humeur va t-elle être ? Vais-je pouvoir la déposer quelques instants sur son tapis de jeu sans qu'elle râle ou va t-elle vagabonder seule avec le sourire dans toute la maison ?").

    Mais j'apprends à ne plus redouter. A faire face. A passer outre ses couinements de mécontentements.

    Je sais à présent qu'ils ne sont pas dus à un mal-être ou une douleur, mais simplement à son impatience et à son petit caractère bien tranché.

    J'apprends donc à relativiser. Rien de grave.  

     Et ça me fait du bien.

    Me permet de me retrouver.

    Et de renaître, 1 an après avoir donné la vie.

     

     

     

     

    « Bébé RGO et APLV : Où comment nous en sommes sortisVous avez dit (mauvais) caractère ? »

  • Commentaires

    1
    LC
    Samedi 20 Mai 2017 à 14:26

    Un bel article plein d'espoir! Contente pour toi!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :