• Caliméro

     

     

    Je me suis lancée dans l'écriture de ce blog il y a maintenant quelques semaines. Je réalise maintenant que j'avais besoin d'hurler en silence le poids, l'incertitude et l'injustice que je ressentais ressens face à l'arrivée de mes règles, chaque mois, depuis le début de nos essais bébé.

    Je n'avais jusqu'alors parcouru qu'un ou deux blogs traitant de la PMA et de l'infertilité. Depuis, je me suis intéressée au parcours d'autres femmes (et hommes d'ailleurs) dont l'incapacité à procréer nécessite un exutoire et le soutien qu'un blog peut apporter.

    En lisant leur difficultés et leurs parcours, personnels et singuliers, j'ai également réalisé que mon histoire, aussi difficile à vivre soit elle pour moi, ne me donnait pas ou très peu (en tout cas jusqu'au jour d'aujourd'hui) de raison de me plaindre.

    Non, je ne suis pas OPK. Non je ne suis pas ménopausée à 28 ans. Non mon mari n'a pas (que) des spermatozoïdes a trois têtes. Et non je n'ai jamais dû vivre une fausse couche.

    Je ne suis "qu'à" mon 15ème cycle d'essai. J'ai une réserve ovarienne exceptionnelle. J'ovule chaque mois. Mon mari a des testicules remplies de poissons de qualité. Mon utérus n'est pas biscornu et mes trompes sont largement praticables.

    Je prends donc conscience que je suis loin d'être dans la pire des situations. Et je demande pardon aux lectrices d'aujourd'hui et de demain qui tomberaient sur ce blog, si mes articles peuvent parfois suinter l'amertume et la morosité. Sans raison valable penseront peut-être certaines. 

    Je n'ai en effet, et jusqu'à preuve du contraire, pas d'anormalité physique m'empêchant de concevoir et de porter un bébé. Et sur ce point, je n'ai en effet aucune raison de me plaindre. Je suis consciente qu'il s'agit d'une véritable chance et je remercie tous les jours le ciel la vie de m'avoir fourni un matériel reproducteur dans les normes.

    Malgré tout, je ressens le besoin d'exprimer cette attente, et surtout cette incertitude quant à mon avenir.

    Car je suis (déjà) dans la catégorie des femmes en "infertilité inexpliquée".

    Ce qui ne signifie pas qu'il n'y a pas de raison à l'absence de grossesse, mais que la science elle ne sait pas l'expliquer. Ce n'est certes pas pire que le reste. Mais ça ne me fournit aucune raison d'être sereine quant à une issue favorable.

    Le plus dur pour moi est de ne pas savoir. Ne pas savoir pourquoi. Ne pas savoir si ça va marcher un jour. Ne pas savoir ce qui ne va pas, et si il y a quelque chose qui ne va pas. Car ne pas pouvoir cerner le problème entraîne aussi de ne pas pouvoir trouver la solution qui convient pour le résoudre.

    Alors on tente. Sans savoir vraiment si ça va aider ou non. Les IAC, puis peut-être la FIV. Puis peut-être la FIV Isci.

    Cette incertitude me ronge. Et j'ai choisi ce blog pour l'exprimer. Mais sachez que si je me la joue Calimero de temps en temps, je pense et soutiens aussi les femmes dont l'infertilité est expliquée et dont le parcours en PMA comportent au moins autant d'incertitude que le mien.

     

     

     


    3 commentaires
  • L'Ironie du sort

     

     

     

    Je vous disais dans cet article que mes collègues de travail étaient on ne peut plus fertiles. Faut croire que je suis la seule ici dont l'utérus est récalcitrant. Pas facile de voir défiler les gros ventres et les futurs papas aux anges dans les couloirs alors que ton bébé à toi se fait attendre. Mais bon soit, la vie est une connasse c'est comme ça et p'is c'est tout!

    Le fait est que les deux dernières collègues en cloque ont organisé le jeu de la "boite à prénoms".

    Vous connaissez sans doute le concept. Tous les collègues du bureau (amis, famille aussi mais dans le cas présent on s'en fout) glissent dans la fameuse boite un morceau de papier en y ayant indiqué préalablement un prénom. Si, parmi les 985.324.951 prénoms existants sur Terre, quelqu'un a trouvé LE prénom de la future crevette du futur parent collègue, il est récompensé par une bouteille de champagne.

    Bref, le style de jeu auquel on meeeeeuuuuuuuurt d'envie de participer quand on est infertile. 

    Bah, pas grave, comme d'habitude, on fait semblant de rien et on participe.

    La crevette de la collègue n°1 est né il y a 3 semaines. La crevette du collègue n°2 est né il y a 2 jours. Les prénoms, et les gagnants ont donc pu enfin être divulgués.

     

    Vous l'aurez compris.

    Ce soir, je me saoule non pas avec une bouteille, mais avec deux putains de bouteilles de champ'.

     

    Je sais pas faire les bébés, mais au moins, j'ai le feeling pour les nommer.

    A bon entendeur!

     

     

     


    2 commentaires
  • Le C15 et ses bonnes résolutions

     

     

    J'ai survécu à la brutale chute hormonale de C14. A sa migraine insupportable. A ses larmes intarissables. A cette réalité qui ne change pas : Jean-Félix ne s'est pas installé. 

    Mister S est formel : les inséminations ne me donnent aucune chance supplémentaire étant donné que nos résultats d'examens, à chéri comme à moi, sont excellents. Il est donc temps d'arrêter les inséminations. IAC 1 était pour tenter quelque chose. IAC 2 pour me faire plaisir. Mais il n'y aura pas d'IAC 3.

    "Revoyons-nous en septembre pour envisager un autre traitement". Comprenez FIV, bien entendu. C15 et C16 rimeront donc avec pause de la PMA et câlins spontanés.

    La lassitude de l'échec et la perspective de cette FIV m'ont amené à me réveiller ce matin avec de nouvelles résolutions pour aborder l'été et ses deux cycles "naturels".

    J'en ai par dessus la tête d'espérer et d'attendre en vain. J'en ai par dessus la tête d'observer mon corps sous toutes les coutures en DPO. J'en ai par dessus la tête de condenser un maximum de câlins avec chéri quand mon follicule me crie qu'il est prêt à exploser. J'en ai par dessus la tête de mettre toutes nos chances de notre côté et de devoir faire face à l'échec tous les mois. J'en ai par dessus la tête de faire de mes essais bébé un combat quotidien.

    Je n'en peux plus. Ma tête va exploser un jour ou l'autre si je ne mets pas fin à ce qui est devenu pour moi un vrai calvaire.

    La création de Jean-Félix est devenu une souffrance et une obsession. Un échec lancinant.

    J'ai décidé de dire STOP. 

    J'ai décidé de vivre pour quelqu'un d'autre que pour lui. De vivre pour moi.

    Du moins jusqu'à mon prochain rdv avec Mister S.

    C15 et C16 ne rimeront pas avec PMA. C15 et C16 rimeront avec vacances, détente, chaleur, amis et mojitos.

    Enviedefraises ne sera plus la fille en essai bébé pendant l'été. Elle sera la fille insouciante et heureuse qu'elle était bien avant tout cela. Elle se fera belle à nouveau, et pas uniquement pour que son chéri lui fasse un bébé quand c'est le bon moment. Elle ré-invitera ses amis. Elle acceptera les invitations. Elle profitera de la présence de ses belle-filles la moitié du temps et ne vivra pas ça comme un rappel quotidien de son propre échec à enfanter. Elle fumera des cigarettes si l'envie lui en dit. Elle laissera chéri flotter des heures durant dans des bains bouillants et ne vérifiera pas qu'il ai bien avalé ses vitamines. Elle le laissera vivre, lui aussi. Elle n'attendra rien. Elle n’espérera rien. Elle vivra. Tout simplement.

     

    Voilà les bonnes résolutions de l'été.

    Vous allez très probablement me dire que les bonnes résolutions ne sont jamais suivies. Peut-être. Mais je vais essayer. Et ça, c'est déjà pas mal.

     

     

     

     


    3 commentaires
  •  

     

    12 DPO et le sang coule déjà.

    Fin du combat.


    4 commentaires
  • Test d'ovulation : Mode d'emploi

     

     

    Les tests d'ovulation et moi, on ne fait qu'un. En effet, après 14 cycles d'utilisation intensive (et abusive) de TO, de toute marque et de tout prix, je pense pouvoir dire, sans prétention aucune, que j'ai fait le tour de la question. Parce que mon expérience et mon humble savoir peuvent servir, voici un petit récap illustré sur les test d'ovulation et leur utilisation.

     

    Un test d'ovulation, c'est quoi ?

    Un test d'ovulation permet de repérer facilement les jours du cycle au cours desquels la femme est la plus fertile, à savoir la phase "ovulatoire". Quelques jours avant l'ovulation, nous produisons une hormone appelée "hormone lutéinisante" (ou LH). Celle-ci augmente progressivement pour atteindre un pic (le pic de LH), nécessaire au déclenchement de l'ovulation qui a lieu en moyenne 48 heures plus tard. Le test d'ovulation contrôle donc la présence de ce pic de LH afin de vous permettre de maximiser vos chances de réussite.

    Un test d'ovulation, comment ça marche ?

    La présence de l'hormone LH est détectable dans les urines. Tous les tests d'ovulation nécessitent donc (tout comme les tests de grossesse), d'uriner sur la partie de la bandelette destinée à cet effet. Selon la marque et le principe du TO (digital, bandelette), le mode d'emploi vous indiquera d'utiliser les urines du matin ou de l'après-midi. Quoi qu'il en soit, le principe le plus important à respecter est d'effectuer le test au même moment de la journée pendant plusieurs jours consécutifs. Laissez ensuite quelques minutes de répit à votre TO afin qu'il vous indique le résultat.

    A quel moment du cycle débuter les tests d'ovulation ?

    Tout dépend de la durée habituelle de vos cycles. Si vos cycles ont une durée moyenne de 28 jours, commencez les tests d'ovulation au 11ème jour de votre cycle, et continuez jusqu'au moment où le TO devient positif. Adaptez le premier jour de test à la longueur moyenne de vos cycles. Voici un petit tableau récapitulatif trouvé sur le net pour plus de clarté.

     

    Test d'ovulation : Mode d'emploi

     

     Positif ou négatif ? Comment interpréter le résultat du test d'ovulation ?

    Il existe 2 grandes catégories de test d'ovulation, qui se distinguent par la lecture du résultat du test (et aussi par leur prix!). La première, moins chère, mais dont le résultat n'est pas toujours aisé à interpréter, est le test dit "bandelette". Vendu en lot sur internet, les TO bandelette comporte une barre de contrôle qui apparaît systématiquement une fois l'urine déposée sur la bandelette. Une deuxième barre peut alors apparaître, plus ou moins foncée que la barre de contrôle.

    Si la barre test est inexistante, ou moins foncée que la barre de contrôle, le test d'ovulation est négatif. Refaites un TO le lendemain au même moment.

    Exemples de TO bandelette négatif :

    Test d'ovulation : Mode d'emploi       Test d'ovulation : Mode d'emploi

     

    Si la barre test est au moins aussi foncée que la barre de contrôle, le test est positif. L'ovulation surviendra en moyenne 48 heures après l'obtention du résultat positif. Il est temps de filer sous la couette en bonne compagnie.

    Exemples de TO bandelette positif :

     

    Test d'ovulation : Mode d'emploi   Test d'ovulation : Mode d'emploi

     

     En résumé :

     

    Test d'ovulation : Mode d'emploi

     

    La deuxième catégorie de test d'ovulation, plus chère, mais dont le résultat ne laisse pas la place à l'interprétation, est le test d'ovulation digital. Le principe est le même : uriner sur la partie du test réservée à cet effet, puis patienter quelques minutes pour que le résultat s'affiche. Deux images peuvent alors apparaître :

     

    Test d'ovulation : Mode d'emploi    Test d'ovulation : Mode d'emploi

                                              TO Négatif                                                        TO Positif

      

    Test d'ovulation ou courbe de température ?

    Certaines s'interrogent sur l'intérêt d'utiliser des tests d'ovulation plutôt que la méthode de courbe de température pour cibler l'ovulation. L'avantage est pourtant de taille. Alors que la courbe de température vous indique l'ovulation quand celle-ci s'est produite, les tests d'ovulation vous indique l'ovulation avant qu'elle ait lieu (en moyenne 48 heures après le test positif).

    La durée de vie moyenne d'un ovule étant de 24 heures, et celle des spermatozoïdes de 72 heures, les chances pour que la fécondation ait lieu sont plus importantes lorsque les rapports sexuels ont lieu dans les 2 jours précédents l'expulsion de l'ovule.

    Les tests d'ovulation vous indique donc parfaitement lorsque le moment est venu de foncer sous la couette, et maximise donc vos chances de succès.

     

    Articles susceptibles de vous intéresser :

    Nidation : Définition & symptômes

    Comment tomber enceinte rapidement ? Les conseils d'une ancienne infertile


    5 commentaires